jeudi 23 avril 2015

fashion poulet

Me revoilà avec mes oiseaux. Avec des oiseaux complètements différents puisque j'étais dans un zoo. Ouais forcément ça casse un peu le glamour mais que veux-tu ma pauvre dame ! Faut bien s'entraîner sur des petites bêtes moins farouches que le faucon crécerelle. Téléobjectif en main, je me suis bien amusée. Cormorans, paons et flamants roses. J'ai été assez surprise par la perfection et la beauté de ces piafs... Autant par la couleur comme le paon, que la netteté des traits du flamant rose. Merde, je suis sûre de vous avoir déjà perdu ! Restez !
Parfois, quand je regarde des animaux, je pense à la mode. Non pas que j'imagine des peaux de bêtes façon manteaux ou autre mais je pense aux associations de couleurs, aux dégradés qu'on peut voir... Comme par exemple ce cormoran, juste au dessus (Monsieur le Cormoran fait sécher ses ailes comme ça pendant de longues minutes pour info) (On le savait hein) (Ouais bah au cas où), il a du bleu, du noir, du gris... Tout en nuance. C'est un peu 50 nuances de cormoran. Bref, parfois je me plais à me dire qu'on a rien inventé. Il faut juste regarder la nature pour trouver de l'inspiration...
Les flamants roses, c'est beau mais ça a l'air bête. C'est pour ça que celui-ci, vous ne voyez pas sa tête mais juste son beau plumage. Hein maître Corbeau ? Voilà, j'arrête avec mes drôles d'oiseaux. Faut les aimer ces petites bêtes... Vous vous rendez compte ? Ils peuvent voler... 

xx

lundi 20 avril 2015

Lecture #5

J'avais hâte de vous parler de ce roman car il est raccord avec mon voyage à Barcelona. Certes ça commence à remonter mais vous avez remarqué que sur ce blog, je ne suis pas pressée du tout. Le plus bel endroit du monde est ici, c'est un fait mais il l'est aussi dans ce livre ! Je l'ai choisi pour partir en vacances car il est écrit par 2 espagnols, Francesc Miralles et Care Santos, (et je partais à Barcelone). Le lien était simple. En plus, il est court (le livre, pas le lien) ! Bah ouais, je ne partais qu'une semaine, et puis je me connais, parfois il faut optimiser. Mieux vaut lire un peu que pas du tout. C'est comme un conte. C'est magique et en même temps plein de valeurs, plein de messages qui touchent forcément. C'est l'histoire d'Iris, une trentenaire pas au top de sa forme, au bord du suicide quand soudain elle découvre le plus bel endroit du monde. Pour la suite, c'est à vous de lire. Il y a plein de phrases qu'on a envie de surligner pour les relire chaque matin... Une bouffée d'air frais qui sent bon le chocolat chaud. Si vous avez peu de temps pour lire, si vous ne voulez pas être rationnel, si vous voulez un moment tout doux, ce livre sera parfait !

Et vous, quels sont vos lectures du moment ?

xx

vendredi 17 avril 2015

mes ongles nus

Le titre annonce la couleur... La couleur de mes ongles ! Certaines ou certains le savent, l'été dernier, j'ai subi une opération des yeux (bye bye myopie) et cette expérience m'a permis de relativiser sur toutes les choses qu'on peut mettre sur notre corps pour se rendre belle mais qui sont au final toxiques. Mes yeux sont devenus la prunelle de mes yeux (mouahahah), j'avais des consignes strictes après cette opération. Pas de maquillage, pas de démaquillage (des yeux). Et aussi pas de grattage ou de frottage. J'ai donc pas mal réfléchi à ça, aux doigts. Personne ne m'a dit : "Arrête le vernis à ongles". Mais je me voyais mal (après la période de convalescence) recréer du lien entre mes mains et mes yeux avec des griffes peintes. 
Avant j'avais les ongles assez longs et toujours vernis. Rouge, noir, transparent, bleu, orange, rose, paillettes, blanc. Mais ça c'était avant. Depuis plus de 6 mois, j'ai complètement arrêté. Je coupe mes ongles au ras, je ne pousse plus mes cuticules et je ne mets plus de vernis à ongles et donc je n'utilise plus de dissolvant. 
Tout ça à commencé après cette opération toute bête qui m'a permise d'écarter les choses toxiques pour mes petits yeux et ça a continué avec un réel questionnement de : "est-ce si nécessaire ?"
Je mettais un "fric fou" dans des vernis à ongles. Le petit achat plaisir du samedi après-midi chez Monoprix. Mine de rien, ça créé des déchets (ouais je me sensibilise au truc), et des déchets de merde : cotons, vernis et dissolvant. Yummy, yummy pour la planète. 
Alors voilà. Plus de vernis à ongles. Je les ai presque tous donner. A mes collègues, à mes amis, à ma famille... Presque. J'ai gardé mon rouge Mavala que j'aimais d'amour. Au cas, si un jour... Malgré tout ce que je pense et toutes mes convictions, il ne faut jamais dire jamais. Oups. 

xx