vendredi 16 septembre 2016

Le Scarabio Festival Zéro Déchet 2016

Dimanche dernier, le jour de mon anniversaire (ahah), avait lieu à Rennes un festival spécial zéro déchet. Quand j'ai appris l'existence de ce festival, autant vous dire que ma vie a été organisée pour cet évènement. C'est la deuxième édition du Scarabio festival (je ne connaissais pas avant cette année). J'ai donc voulu vous raconter ce petit festival en images (et en explications), car l'idée est de toujours plus prendre conscience de notre impact sur la planète via notre consommation quotidienne. Je m'excuse d'avance pour le kilomètre de photos qui suit. 

Avant toute chose, parmi ces photos de ces beaux stands et de ce beau festival, je veux vous donner des informations qui sont selon moi importantes : 
- Qu’est ce qu’un déchet ? Selon la loi, « est un déchet tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau, produit… que son détenteur destine à l’abandon. »
- 20 à 30 kilos de nourriture sont jetés chaque année par habitant : le zéro déchet c'est aussi une lutte contre le gaspillage alimentaire. A force de nous rabâcher les dates de péremption et autres informations angoissantes sur ce que nous ingérons, nous devenons des vrais gaspilleurs... 
- Les sacs plastiques : 75% des déchets en mer sont en plastique (en majorité des sacs selon la commission européenne), 94% des estomacs d'oiseaux de mer du Nord contiennent du plastique, 80% des sacs plastiques sont importés d'Asie (bonjour le transport). On attend avec impatience le 01/01/2017 pour avoir des sacs en papier ou en papier biosourcé compostable. MAIS le mieux est d'avoir un sac en tissu.
- Les logos sur nos emballages : c’est bien un sujet qui m’énerve. Par exemple, ce logo ne signifie pas que le produit est recyclable (eh ouais), il signifie juste que le producteur du produit paie une cotisation à l’éco-organisme Eco-emballage. Par contre, ce logo (le ruban de Moëbius) signifie que le produit est recyclable. 
Concernant le festival, j'ai beaucoup aimé l'ambiance, chaque exposant était adorable, l'organisation super, il y avait des conférences. J'ai participé à celle sur la monnaie locale, je vous en parle plus bas. Tout était fait pour consommer façon zéro déchet OU PRESQUE. C'est critiquable mais en même temps, pour des gens qui cherchent à découvrir, j'ai trouvé intéressant de ne pas diaboliser l'emballage. Les emballages présents étaient évidemment en papier ou en carton, donc recyclable. MAIS il manquait, selon moi, un stand pour les alternatives : bocaux, sacs en tissu par exemple. Il y avait autant des producteurs locaux bio (légumes, vins, pains, gâteaux) que des associations pour les réparations d'appareils (Repar'acteurs), de vélo (La Petite Rennes) mais aussi la Biocoop avec des solutions pour les couches des petits, les serviettes hygiéniques, la mooncup. Et oui, aller vers une consommation responsable est possible avec des personnes engagées et disponibles. 
Concernant les principes du zéro déchet (ceux prônés fièrement par Béa Johnson), ils sont simples et à connaître par coeur. Bien sûr, l'idéal est de les appliquer au quotidien.
1) REFUSER : pour le zéro déchet, il faut savoir dire NON. Je vous racontais cette anecdote sur Instagram concernant une histoire de savon. Et bien, il faut tenir tête aux gens : une carte de visite ? Non merci, je peux prendre le numéro dans mon téléphone directement. Un échantillon de parfum ? Non. Je suis déjà repartie avec des échantillons, que j’ai finalement ramené au magasin pour dire NON. N’ayez pas peur de vexer, on s’en fout ! 
2) RÉDUIRE : aujourd’hui la consommation est excessive, si on écoute la pub à la TV, nous avons besoin d’un objet par moment de vie. Alors on devient minimaliste : pas besoin de douze gels douche, ni de plusieurs produits d’entretien toxiques… 
3) RÉUTILISER : on ne jette pas immédiatement, on réfléchit si on peut redonner un coup de jeune à un objet. On fait réparer si c’est possible, on transforme… On laisse aller notre imagination. Comme cette robe que j’ai raccourcie et que je préfère comme ça ! Ce sont des petits gestes. 
4) RECYCLER : on recycle au maximum, on fait bien attention quand on met quelque chose dans la poubelle… 
5) COMPOSTER : Et la dernière étape, le compostage. Je ne le fais pas personnellement, je pourrai (même si je vis en appartement) mais je n’ai pas encore pris le temps pour ça. Je cherche notamment un composte proche de chez moi où aller déposer mon petit bazar. Sur ce site, vous pouvez retrouver la liste des lieux de composte en Bretagne ! Il n’y a plus qu’à ! 
Pour finir, je parlerai des monnaies locales, comme ici le Galléco. Avant, je trouvais ça sectaire et réducteur. Aujourd'hui, je comprends que c'est sans doute l'unique moyen pour relancer l'économie à l'échelle des Hommes. Quand je dis les Hommes, je pense à vous, à moi, à nous qui n'avons pas des milliards sur des comptes en Suisse, qui n'avons pas des milliers de gens sous nos ordres. L'Euro, c'est bien, mais c'est pour les grands. Aller vers une monnaie locale, c'est se dire que pour une fois l'argent est propre. Il circule dans un éco-système sain sans spéculation ni crédit. Parce qu'il faut savoir que notre argent (tu sais, ton PEL que tu galères à remplir) sert à ça, à alimenter une économie que nous ne maîtrisons pas et que nous ne connaissons pas. Pour info, il y a 40 monnaies locales en France et entre 13 000 et 15 000 dans le monde ! C'est fou ! 

Voilà, j'espère que cette promenade vous a plu. J'espère que vous l'avez lu jusqu'au bout, je ne suis pas un exemple ou quoique ce soit mais je voulais partager cette bouffée d'air frais avec vous. Bien mieux qu'un nouveau pantalon de chez Zara. Vive notre planète d'amour, vive la nature, vive des sols sains et de l'argent cool ! 

xx

4 commentaires:

  1. http://www.eco-worms.com/actualites/

    J'avais vu ca sur un marche au printemps. Y en avail un qui l'utilisait meme comme table d'appoint mouai, bof... Mais dans la cage d'escalier, ou dans la cave, pourquoi pas! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah ouais en table d'appoint c'est un peu chelou... Mais c'est une solution en effet ! Merci pour le partage !

      Supprimer
  2. Je trouve ton point de vue très honnête ! Tu essayes de mettre en place certains gestes simples dans ton quotidien, c'est déjà un début. Moi-même j'essaie au fur et à mesure de changer certaines habitudes sans complètement bouleverser mon quotidien du jour au lendemain. Au fil du temps, ces nouveaux gestes deviendront des automatismes !
    J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cet article :)

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)