mardi 20 décembre 2016

mon premier tatouage

Maintenant que je l'ai dit à ma mère, je peux en parler ouvertement ici. Ça y est. Je l'ai fait. Mon premier tatouage. Avant de me faire piquer (ouais ouais), j'ai passé des heures sur internet à la recherche de témoignages sur le premier tatouage. Avant de le faire, j'en avais parlé uniquement à mon cher et tendre et à deux amies. Autant vous dire que ma nature angoissée aurait eu besoin d'en parler à 1347 personnes. Quand ce n'est pas possible, Google est ton ami. Alors j'ai envie de partager avec vous un maximum de choses. Tant pis si cet article est long.
AVANT LE TATOUAGE :
J'ai personnellement réfléchi pendant 5 ans. Un jour, j'ai eu envie et l'idée ne m'a plus quittée. Mes freins étaient simples : moi-même et mon entourage. Chaque mois, j'avais envie d'un motif différent : une ancre, un mot, une sirène, un coeur, des frites (non je déconne). L'idée de l'oiseau me travaillait un peu (depuis 2/3 ans) car j'aime ça (vous le savez) mais je n'arrivais pas à imaginer un oiseau de petite taille en tatouage. En Octobre dernier, j'ai vu sur la page Facebook de Charlie un petit moineau tout simple, ça a fait tilt dans mon coeur. Deux semaines après (avec un coup de pied aux fesses de la part de mon amie Audrey), je contactais Charlie en mode : tu peux me faire pareil avec un cormoran ? C'était parti. J'ai pris RDV (un mois d'attente) en versant un acompte. Je ne verrai le dessin que le jour J. Confiance absolue et une bonne façon d'apprendre à lâcher prise ! 
JUSTE AVANT LE TATOUAGE : 
J'avais peur de tomber dans les pommes. C'était LE truc. Quand je me suis fait enlever les dents de sagesse en avril dernier, je suis tombée dans les vapes et j'ai vraiment pas kiffé. Qui aime ça en même temps ? C'était ma grosse hantise car je stresse beaucoup et le stress, ça pompe de l'énergie. Si toi aussi, tu as peur de ça : retire toi cette idée de la tête. C'est idiot. Ça peut arriver, mais faut pas y penser. Trop tard t'y penses ? Merde. Alors pour ne pas s'évanouir, il faut BIEN MANGER AVANT. J'ai aussi fait un footing en début de journée pour me détendre. Le sport, ça détend. Pour le reste, tu mets des vêtements qui craint pas (en coton), dans lesquels tu te sens bien. 
PENDANT LE TATOUAGE : 
À partir du moment, où Charlie m'a montré le dessin, j'ai commencé à me détendre. Pour un petit tatouage, ça va vraiment très vite. Après avoir validé le dessin, on le positionne sur l'endroit souhaité et on ajuste si besoin. J'ai beaucoup lu sur des sites : surtout tu dis si tu n'aimes pas. Naturellement, tu le fais en fait. Tu sais bien que c'est pour la vie. La machine est en marche, tu entends le "bzzzzzzz" pendant plusieurs minutes. Charlie a fait un premier trait avant de continuer en mode : "ça va comme ça ?". Le premier trait ne fait pas mal du tout, le deuxième tu le sens, le troisième un peu plus. Au fur et à mesure, tu découvres la douleur. Ça fait mal mais pas au point de s'en plaindre ou de faire des grimaces. Et puis quand c'est petit, il y a l'effet : déjà ? Mon bras s'est retrouvé emballé dans du film plastique avec un coup de vaseline et hop tu rentres chez toi. C'était à Rennes, donc après j'avais 45 minutes de route. Facile ! De manière générale, les conditions étaient optimales. Aussi parce que j'avais prévenue Charlie en amont de mes craintes et qu'elle a été à l'écoute et très rassurante. J'ai tout de suite senti un bon feeling avec Charlie. En fait, j'avais tout simplement confiance.
APRÈS LE TATOUAGE :
La période des soins. Je n'avais pas percuté à quel point c'était du boulot un tatouage en terme d'entretien. C'est idiot mais je me suis mise une pression pour m'en occuper. Comme quand tu accueilles un bébé chat chez toi. Au taquet ! J'ai opté pour de l'Homéoplasmine (ma tatoueuse m'a recommandé ça ou du Dexeryl) car je connaissais la pommade, ma peau y est habituée. Tous les jours, plusieurs fois par jour. Sans oublier de laver le tatouage, matin et soir, avec un savon doux pH neutre. Pour moi c'était religieux, je laissais mon bras à l'air au maximum (chez moi) (je me suis faite tatouée le 30/11) (froid). Au bout de 10 jours, j'ai commencé à me détendre un peu et j'ai opté pour le Dexeryl pour arrêter de tâcher mes tee-shirts. Pour l'histoire, du 1er jour au 4ème jour, rien de dingue, des petites douleurs (vraiment petites). Du 5ème au 10ème jour, ça croute. Ça gratte un peu. Ça va faire presque 3 semaines maintenant et le tatouage ne croute plus, il brille.
Si toi aussi, tu angoisses à l'idée de l'annoncer à tes parents, je vais t'aider. Parce que, quand j'ai demandé à Google comment faire, je n'ai trouvé aucune réponse (mise à part "j'ai 15 ans, comment le dire à mes parents"). Il n'y avait rien pour les ados de 28 ans. Personnellement, je l'ai fait dans l'escalator du Zara de Rennes : "Maman, tu ne vas pas être contente, je me suis faite tatouée". Ma mère n'aime pas trop (pas du tout) les tatouages. Elle m'a dit : "ok" et après elle m'a dit que j'étais zinzin de stresser pour lui annoncer ce genre de truc. Tant que c'est pas un dragon dans le dos. Alors voilà, même si tu penses que ta famille est psycho-rigide, bah en fait, elle ne l'est pas ! Free the tattoos !

Pour finir, JE NE REGRETTE PAS. Depuis j'aime plus mon corps, je m'accepte plus, ça a été un vrai cap d'émancipation. On peut penser que le tatouage, c'est un truc débile et mauvais genre. Pour moi, ça a été un challenge, et surtout une vraie décision. Je galère à me décider, je suis nulle pour lâcher prise : le tatouage, ça défit tout ça. Est-ce que je crains le regard des gens ? Avec ou sans, je le crains. Mais si je rencontre quelqu'un qui n'adhère pas au point de me rejeter, c'est que nous n'avons rien à nous dire. 

Merci Charlie et merci Audrey ! Coeur avec les doigts. Tout ça. J'ai passé un super (super super) moment.
Et allez-y niveau question en commentaire ! Je ne me déclare pas experte parce que j'ai une bête sur le bras, mais toute la partie angoisse, stress, je connais maintenant.

Et parce que ça a été un grand moment pour moi, j'en ai écrit une nouvelle que j'ai hâte de vous faire lire... Si ça vous dit !! 

xx

26 commentaires:

  1. Merci pour ce partage detaillé, je saute le pas également en début d'année alors ton retour tombe plus qu'à pic :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je suis contente si ça peut t'aider :-) En tout cas PROFITE du moment, c'est trop bien <3

      Supprimer
  2. Super ton témoignage merci! Perso c'est la douleur qui me fait peur, alors que j'ai accouché 2 fois lol. Je fais une fixette sur la douleur alors que tout le monde me dit que c'est plus que soutenable. Surtout que j'en voudrais un pas très grand non plus. Arf est-ce que j'arriverai à me lancer un jour? Pas gagné ^^ Bisou!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le monde a son point de blocage ! Après se faire tatouer tout un bras, oui, la douleur est un critère ahah mais pour quelque chose de pas très grand... Encore que... Ma tatoueuse m'a dit que passé 10/15 minutes sous l'aiguille, ton corps commence à sécréter une hormone qui atténue la douleur. D'où le côté, ça fait mal mais on en veut encore ^^

      Supprimer
  3. C'est un très beau témoignage car comme toi, je suis une hypersensible et ainsi une hyper angoissée. Mineure, j'étais certaine de vouloir des tatouages, bien trop même mais une fois la majorité atteinte, je me suis défilée. Je n'arrive pas à lâcher priser et le fait de regretter ou de me lasser me fait peur à un point inimaginable. Je ne sais pas prendre de décision ! Puis, il y a eu cet été, cet événement où mon groupe préféré m'a fait monter sur scène et d'un coup c'est devenu un besoin. Je ne me pose plus réellement de questions, il faut juste que je trouve le bon tatoueur, celui qui me mettra en confiance. Le tatouage devient pour moi un besoin, j'ai vraiment hâte de me faire piquer oui !
    Merci à toi pour ce bel article, et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. Il faut écouter ces envies et en effet trouver la bonne personne pour le faire ! C'est hyper important !!

      Supprimer
  4. Parfait ! Je viens tout juste de me faire le mien et je stressais de ne pas faire suffisamment de soin, finalement tu m'as rassuré, merci beaucoup !
    Par contre, personnellement, la douleur d'après le tatouage est quand même présente, mon tatouage tire beaucoup a cause des croutes... Mais je l.ai placé près de l'épaule et la peau bouge beaucoup vers cette zone !
    En tout cas, merci bcp pour ce témoignage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense que ça dépend beaucoup de l'endroit et puis du frottement que tu peux avoir avec les vêtements.
      Merci pour ton commentaire ! Et bonne cicatrisation !!

      Supprimer
  5. Quel joli tatouage, j'aime beaucoup. En plus, il est très original !

    Je te souhaite une bonne fin de journée. Bisous.

    Manon, la chouquettes
    www.chouquettes-mascara.com

    RépondreSupprimer
  6. Quel chouette article ! J'aime beaucoup ton petit cormoran, et j'ai aussi beaucoup aimé te lire. L'envie de me faire tatouer revient régulièrement chez moi depuis des années, et si je suis quasi sûre que je ne sauterai jamais le pas, lire ce genre d'articles vient chaque fois bousculer mes certitudes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah je peux comprendre ce sentiment :)
      Merci pour ton commentaire Marion !

      Supprimer
  7. J'ai adoré lire ce billet ! Ton petit cormoran est vraiment magnifique, Charlie a fait du très bon travail (je suis fan de ses tattoos de fleurs *__*). En tout cas, tu me rassures avant mon rendez-vous du mois prochain ! Ce sera le premier, et sûrement pas le dernier je pense (même si, je me connais, je vais vraiment stresser sur la route vers le salon de tatouage x))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Vickie !! Tu as RDV avec Charlie ? Tu verras, ce n'est QUE du bonheur ! xx

      Supprimer
    2. Non, j'ai rendez-vous au salon Spirit Tattoo, pour le flash d'un des tatoueurs présents. Le genre de tattoo que j'avais envie de faire, sans réussir à savoir quelle forme lui donner. Et là, en voyant ses derniers flash, le coup de foudre !
      Des bisous Manon ! ♥

      Supprimer
  8. Joli tatoo... et j'espère que tu nous feras lire ta nouvelle !

    RépondreSupprimer
  9. Sympa ! Mais c'est peu habituel comme emplacement non ?

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ton témoignage !

    Je m'y reconnais plutôt bien. Je suis tentée par l'aventure mais la réaction de mes proches me bloque... alors que j'ai 24 ans !

    Je n'ai pas peur de la douleur. En revanche, je fais de l'eczéma, je suis allergique à tout un tas de produits (dont la vaseline) donc j'ai des craintes quant à la réaction de ma peau à un tatouage et c'est une des raisons pour lesquelles je crains de ne jamais me lancer.

    Pour l'instant, c'est simple de résister à l'envie, car même si elle est présente depuis plus de deux ans, je n'ai pas encore mon motif en tête. Je sais très bien ce que je veux exprimer mais je ne trouve pas comment. Et quand je trouve, ce n'est que temporaire. Mon heure n'est pas venue, voilà tout :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra bien préciser tout ça au tatoueur avant de te lancer en tout cas concernant ton eczéma et tes allergies...
      Ça viendra quand ça viendra ! Le temps fait bien les choses :)
      Merci pour ton commentaire !

      Supprimer
  11. pour un 1er tattou tu ne pouvait pas mieux tomber que sur charlie ! :D elle est super j'ai adore ton article ! hehe et attention une foix que l'on est passer sous les aiguille une 1er foix on pense deja au 2eme :p charlie ma deja tatouer 2x sur les 7 et j'y retourne pour un 3eme d'ailleur l'oiseaux tous sympa d'ont tu parler et sur mon bar :D

    RépondreSupprimer
  12. Haha! J'avais moi aussi rédigé un article sur mon 1e tatouage, j'étais tellement morte de trouille! Mais à 29 ans, après avoir réfléchi pendant des années je me suis lancée.
    Et voilà, je suis en train de dessiner le 2e :-)
    Le tien est très original!
    Bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah j'ai été voir ton article, ton tatouage est trop canon :-)
      Merci pour ton commentaire <3

      Supprimer
  13. Très chouette cet article... Moi aussi ça trotte dans ma tête depuis des année, moi aussi j'ai eu des idéess différentes, même si depuis 2 ans, l'idée reste la même. Mais tu n'as pas parlé dans ton article de l'aspect définitif. L'aimeras tu encore ton tatouage dans 5 ans, 27 ans, 48 ans ? On change d'années en années et je me dis que quelque chose que nous adorons un jour peut tourner à l'aversion quelques années plus tard ? En tous les cas, c'est ça qui me bloque... Biz !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Pour le coup l'aspect définitif m'a fait peur avant. Genre avant le RDV je me disais : "allez non, je ne le fais pas, j'annule". Aujourd'hui je m'en fous. Je ne vois pas comment je pourrai me lasser d'un oiseau. Ce n'est pas le nom de quelqu'un ou le visage de quelqu'un ou un logo. Et puis il y a le recouvrement si vraiment ça me soule, ou au pire le laser. On peut aussi se dire qu'on peut mourir dans 2 ans, 10 ans, 35 ans... Je n'ai pas peur de me lasser et si ça arrive, il y a des solutions :-)

      Supprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)