lundi 9 janvier 2017

s'habiller de façon responsable

Lorsque j'ai écrit l'article Acheter c'est voter, j'ai vu quelques retours en mode : t'es marrante cocotte mais en attendant on fait comment pour s'habiller ? Mon "moi" le plus militant dirait : "on peut aussi arrêter de se regarder le nombril et ne pas acheter des sweats à paillettes avec des licornes dessus". MAIS, j'ai 3 mots forts dans ma vie : TOLÉRANCE, COMPASSION, EMPATHIE. Dans l'ordre que vous voulez. Et surtout, je ne suis pas un exemple. J'ai sur-consommé les vêtements et encore aujourd'hui, ce n'est pas tous les jours faciles (telle une accro au crack).
S'imposer des règles
Pour les vêtements neufs, je m'impose deux règles : pas de "made in Asie". Je n'achète que du fabriqué en Europe, Turquie, Tunisie, Maroc, USA, Canada. En gros. Je ne sais pas si les usines sont mieux qu'en Asie mais déjà l'empreinte carbone dû au transport est réduite. Pour les USA et le Canada, c'est rare mais je pars du principe qu'en vivant aux USA, t'as une vie un peu plus cool qu'une meuf qui dégueule toutes les deux heures dans une usine pleine de produits toxiques au Bangladesh. 
Et pas de fourrure ou certaines matières animales : le raton-laveur fait son grand retour sous forme de laine, NO WAY. Pas de cachemire non plus, pas d'angora. 
Pour les vêtements d'occasion : aucune limite. De manière générale, je n'irai pas vers un manteau en vison ni vers de la fourrure. MAIS, un gilet en laine made in France avec un peu d'angora ne m'arrêtera pas. 
Pourquoi ce paradoxe ? Je me bas contre le neuf, contre la production de matières premières et donc de butter des ratons laveurs pour faire des pulls. Je prône l'économie circulaire donc je me restreins pas si c'est de la seconde-main. Il ne faut pas TOUT diaboliser. 
Pour faire simple, mon objectif est de faire baisser les chiffres d'affaire des multinationales et ma consommation. Donner de l'argent à Zara, NON ! Donner de l'argent à Nadège de la friperie Antoine & Colette à Rennes, OUI ! 

Réduire son dressing
Pour réussir une nouvelle consommation de vêtements, il faut arrêter d'acheter à profusion. C'est comme pour le sport. Tu n'auras pas d'abdos si tu ne te fais pas mal ! On se désintoxique. J'ai arrêté d'acheter des vêtements trop colorés ou tape à l'oeil. J'ai aussi arrêté d'acheter les mêmes vêtements que les blogueuses que je trouvais trop cool. J'ai arrêté d'acheter des bijoux fantaisies parce que lorsque j'en mettais, je ne me sentais pas moi-même, ou encore les matières synthétiques qui font sentir fort quand tu transpires (ouais ouais). On arrête les : "oh c'est mignon, et c'est pas cher". On adopte le : "J'en ai besoin, je l'achète." 

Acheter d'occasion
Pour cet hiver, je n'avais plus de sous pulls. J'en ai trouvé 3 chez Emmaüs (3 euros pièce). J'ai été 3 fois chez Emmaüs sur une période assez longue et à chaque fois, hop, un petit tee-shirt à manches longues était là. Parfois, c'était une grande taille, parfait sous un pull un peu lose. Parfois, c'était un peu juste, parfait sous un pull moulant. Les tailles, on s'en fout. L'origine, on s'en fout ! 
Pour les pièces un peu plus fortes, on trouve TOUT en friperie. La différence ? Personne n'aura le même pull que vous. Et ça sent un peu le renfermé. Pas pire que l'odeur toxique du neuf. 
Et il y a aussi les vide-dressings en ligne. Genre le mien

Acheter neuf aussi 
Ce n'est pas interdit. Il y a des marques engagées (pour de vrai hein) (pas le Conscious de H&M) (ou que pour les slips alors). Pour ça, il faut chercher. Just ask Google. MAIS C'EST CHER ! C'est peut-être le vrai prix des vêtements neufs ? Et quand tu achètes ton tee-shirt 3 euros chez Emmaüs et ton manteau 30 euros dans une friperie, tu peux peut-être mettre 100 euros dans un jean recyclé. Il faut penser à ce que vous achetez sur un an. Ce budget peut-être reparti. Il y a aussi des marques pas vraiment engagées mais qui fabriquent dans des pays sympas : American Apparel, Brandy Melville, Damart. 

On s'ouvre l'esprit
Quand on ne va plus dans le facile avec des vitrines parfaites, des rayons, des tailles, il ne faut pas se limiter : un magasin pour vieux ? Souvent de bonne qualité et confortable ! Un magasin pour homme ? Une taille en dessous, ça t'ira bien ! Un magasin de pêche ? Les meilleurs pulls en laine au monde ! 

Réfléchir avant d'acheter
Dès que j'ai une pulsion, une envie de folie ! Comme avant quoi. J'épingle sur Pinterest le truc qui me plaît et j'attends. Je n'achète plus directement. J'attends des semaines, des mois même ! Parfois je craque ou je le demande pour mon anniversaire, et souvent j'abandonne. Au fond, je n'en ai plus envie. 

Ce dont j'avais peur 
- Être habillé tout le temps pareil : en fait non, aujourd'hui je suis bien dans CHACUN de mes vêtements car ils ont chacun une vraie valeur (confort, éthique, portabilité, saisonnalité). 
- Ne pas trouver de trucs cool : n'importe quoi ! C'est mieux que les grands magasins. Une vraie chasse, une vraie expertise ! Il faut juste avoir l'oeil. 
- Acheter des vêtements comme une pauvre : OUI, JE LE DIS ! C'est n'importe quoi aussi. Un vêtement a une valeur, qu'il soit porté, neuf, vieux... 

Vous l'aurez compris, c'est un vrai bazar personnel. Il faut se mettre des limites tout en restant tolérant avec notre passé d'acheteuse (d'acheteur) compulsive (compulsif). Vous verrez, un jour, vous ne vous souviendrez pas de quand date votre dernière visite chez Zara. 

Alors vous y croyez plus ? 

xx

6 commentaires:

  1. Completement d'accord! Je reduis aussi ma consommation de vetements et cherche des marques plus ethiques pour renouveler ma garde-robe au besoin :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool ! Merci pour ton commentaire !
      Je pense qu'on est de plus en plus à aller dans ce sens :-)

      Supprimer
  2. Je suis d'accord aussi ! J'achète beaucoup moins qu'avant et je mixe d'avantage ce que j'ai dans mon dressing. Je me sens presque soulagée de ne plus acheter à profusion, je me sens mieux dans mes baskets. Par contre si j'achète quelque chose je ne regarde pas d'où cela vient, je n'ai pas encore passé ce cap lol. Mais je suis une grande adepte des vides dressing :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun avance à son rythme et selon ses moyens / convictions etc... C'est super d'acheter en vide-dressing ! Je ne le fais pas assez de mon côté.

      Supprimer
  3. Jolie plume ! Une bien jolie leçon de shopping responsable...
    c'est difficile de devenir zéro défauts, j'aime le shopping, les fringues etc mais je tends à restreindre mes achats.
    «Un petit pas pour l'homme...»

    RépondreSupprimer
  4. J'ai commencé cette réflexion également , je n'achète plus de manière compulsive. J'achète avant tout des couleurs neutres et des belles matières. J'achète également beaucoup plus dans les magasins dégriffés, je peux donc trouvé du made in france, même pour la lingerie, à moindre coup. Mon dressing a totalement changé.

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)