vendredi 23 juin 2017

ne pas pouvoir manger comme tout le monde

Tout d'abord je tenais à vous remercier du fond du coeur pour vos gentils mots sous mes derniers articles. Vos retours d'expérience, vos conseils, vos encouragements... Bah ça fait un bien fou ! MERCI ! 
Pour terminer cette semaine sur les intolérances alimentaires, j'aimerai vous parler de ce qu'induisent les intolérances ou les allergies d'ailleurs. Ne pas pouvoir manger comme tout le monde est vraiment compliqué, surtout quand on vit dans un pays qui met la nourriture au coeur de ses conventions sociales. Avant même d'avoir des intolérances, je n'ai jamais aimé le principe de manger en société. Manger en famille, en couple, entre amis : oui. Mais par exemple, j'ai toujours détesté les déjeuners professionnels. Mon nouveau régime est une vraie plaie pour ma vie sociale. Déjà, il faut que les gens acceptent les intolérances : hier tu mangeais du fromage et aujourd'hui tu n'en manges plus. L'incompréhension est totale ! Vous n'imaginez pas le nombre de fois où l'on m'a proposé de manger quelque chose en mode "allez, ça ne va pas te tuer". Alors, NON, ça ne va pas me tuer MAIS si je fais des efforts tous les jours pour me sortir de mes problèmes de santé, ce n'est pas pour tout TUER (justement) par politesse. Ensuite, il y a les habitudes : "Oh oui, viens prendre un thé à la maison, et je préparerai des petites choses à manger".
Comment dire "Ne t'emmerde pas, ce que tu vas préparer va forcément contenir un truc dont je n'ai pas le droit". Le nombre de déjeuners que j'ai du esquiver car je ne veux pas (et j'insiste sur le JE NE VEUX PAS) devoir expliquer à un restaurateur qu'il doit me faire un plat sans ça, sans ça, sans ça et sans ça ! Je n'ai pas envie d'étaler ma vie, ma façon de manger devant tout le monde.
On me dit constamment : "Tu sais dans ce restaurant, c'est fait maison, ils s'adapteront !" et ben non, tant pis. Ce serait comme emmener un homosexuel dans un bordel en lui disant : "t'inquiète, ils te trouveront bien un mec si tu demandes". 
Il y a aussi l'épluchage des étiquettes. Même quand on te dit avoir déjà vérifié, il faut TOUJOURS revérifier. Et ça aussi c'est humiliant. Devoir demander à vérifier un emballage parce qu'on a un doute... 9/10 que cet aliment contienne un truc que je ne peux pas manger pour le moment. 
Je ne suis pas en train de faire ma victime, juste que ça oblige à adopter des comportements insupportables, qui changent carrément l'Être. J'ai déjà du hausser le ton : "NON JE NE PEUX PAS MANGER DE PRODUITS LAITIERS." Parce que les gens n'entendent pas. N'écoutent pas. Je rêve de ce jour, dans 5, 10 ou 30 ans où tout ça sera du passé mais pour le moment je me bas pour résoudre un problème qui me pèse. Parfois je préfèrerais être allergique aux cacahuètes. En mode si tu en manges, tu meurs. Là, les gens ne discutent pas. 
Avoir des intolérances (ou tout simplement des intestins capricieux), c'est aussi ne pas supporter certains aliments. Le café et le thé. Les amis du rendez-vous social. Si vous me donnez du café ou du thé, je ne suis pas sûre de très bien les supporter. La dernière fois que j'ai bu un café par politesse (je déteste le café), j'ai frôlé le malaise vagal. 
Si un jour, vous êtes avec quelqu'un qui refuse votre café et préfère un vulgaire verre d'eau, ou alors quelqu'un qui refuse votre gâteau au chocolat plein de gluten. Acceptez ce "non merci" et ne soyez pas offensé. 
Si un jour quelqu'un préfère ne pas manger parce que ce que vous proposez ou ce qui est à disposition n'est pas à son goût (au goût de son corps), ne lui faites pas cette réflexion désobligeante comme si vous étiez le Maître de l'Alimentation : "Ah bon ? Tu ne manges pas ? Mais tu ne vas jamais tenir !"
Ne vous inquiétez pas ! L'alimentation est quelque chose de très personnel. 
Quand je "pouvais" encore manger des produits laitiers, si je me faisais un plateau de fromages, je mettais deux jours à m'en remettre. Aujourd'hui encore si je prends deux coupes de champagne (une, ça va), quelques heures après c'est comme si j'avais un rhume carabiné. 
Il faut être indulgent et surtout ne jamais insister si quelqu'un refuse de la nourriture. Plus on insiste, plus on créé du mal chez l'autre. 
Je vais vous dire quelque chose : mon nouveau régime me satisfait car je n'ai plus (ou presque) mal au dos. Comme je vous le disais lundi. Mais chaque jour, je culpabilise auprès de mes proches, de tout le monde car je suis le "Manon sera là ? Ok, on va faire du riz et du poisson alors". 

Voilà ce que c'est que de ne pas manger comme tout le monde. 

xx

12 commentaires:

  1. Merci pour ton témoignage. Je pense qu'effectivement les gens ont vraiment du mal à comprendre quand tu as une alimentation ou un appétit différent du leur (entre mon végétarisme et ma tendance à avoir un appétit de moineau pendant les règles, je me suis bien reconnue et j'ai bien reconnu ceux qui ne comprennent pas qu'aujourd'hui tu ne veux pas ci ou ça.

    Sinon tu m'as fait bien rire avec ta comparaison "Ce serait comme emmener un homosexuel dans un bordel en lui disant : "t'inquiète, ils te trouveront bien un mec si tu demandes""
    Ahahah !

    Courage et tiens tête à ceux qui ne comprennent, tu es encore libre de manger ce qui est bon pour toi :)

    Julie de Écolorée.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Julie ! Oui ce que je dis s'applique à plein de situations... Et comme tu dis on est libre. Je dis toujours aux gens : "je suis libre de mettre ce que je veux dans mon corps" ! ahah
      J'avais peur que cette comparaison soit borderline pour être honnête hihi mais c'est pour dire parfois l'absurdité du truc !

      Belle journée !

      Supprimer
  2. Je comprends totalement la difficulte de ne pas mange comme les autres. Je n'ai pas vraiment d'intolerances mais des allergies alimentaires pas tres graves (genre ca ne va pas me tuer, juste etre inconfortable) et je me prends des reflexions tout le temps. Je connais plusieurs personnes qui ne mangent pas de produits laitiers, oeuf et de gluten et du coup, on va toujours dans le meme salon de the qui fait des gateaux gluten-free, dairy-free et egg-free et franchement c'est super bon et elles peuvent manger ce qu'elles veulent. EN Angleterre, j'avoue qu'on a beaucoup de resto ou cafe qui propose des options pour ceux qui ont des tolerances alimentaires donc ca aide :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire ! Comme toi, je ne vois pas le problème à aller tout le temps au même endroit si ça permet à ton entourage de manger comme il leur semble... A Saint-Malo c'est un peu compliqué à trouver... Hum !

      Supprimer
  3. Si tu étais mon amie je serai en mode "défi" pour te concocter des choses que tu peux manger :)
    Quelque part le thé/le café c'est pas forcément plus mal de ne pas en boire, si tu peux boire des infusions tu as toujours moyen de te réchauffer l'hiver avec une boisson chaude. J'espère pour toi que certaines choses se tasseront et que tu pourras réintroduire quelques aliments dans le futur. Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de mes proches le prennent comme ça aussi ! Mais il y a tellement de choses que parfois "oups j'ai mis du beurre" etc...
      Merci !

      Supprimer
  4. Je suis tout à fait d'accord avec ton témoignage Manon. Je vis aussi ces intolérances et je suis sur un régime quotidien SANS GLUTEN ET SANS LACTOSE. Et ce type de réflexion je le vis au quotidien, que ce soit dans ma vie personnelle ou professionnelle. Difficile de dire non à un déjeuner client, en revanche je sais pertinemment que je passerai ma soirée pliée en deux avec ma bouillotte et un jeûn sur 1 jour.
    Je sens aussi que ma vie change avec cette nouvelle alimentation, ce qui facilite le refus du pain au chocolat du matin ou des pâtes du soir.
    Je te souhaite une bonne continuation et bon courage pour la suite.
    A bientôt peut être.
    Biz.
    Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Anne, t'as du mérite de te "forcer" à faire des déjeuners qui peuvent te rendre malade... Je dis tout le temps : je décide de ce que je mets dans mon corps ! peu importe les gens autour de moi...
      Bon courage aussi !

      Supprimer
  5. Hello Manon ! J'ai beaucoup aimé cette série d'articles sur les intolérances alimentaires, ça m'a appris pas mal de choses notamment sur les répercussions physiques que l'alimentation pouvait avoir, mais surtout sur la difficulté que cela fait peser au quotidien. C'est vraiment courageux de ta part de nous en avoir parler. En tout cas, je te souhaite beaucoup de courage pour supporter les commentaires sur ton régime alimentaire, ça doit être pesant certains jours. Et merci pour tes articles engagés, c'est vraiment chouette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Oui c'est une vraie galère et j'espère en voir bientôt l'issue...
      Merci de me suivre :-)

      Supprimer
  6. Super intéressant ton article ! Je suis végétarienne et je sais ce que c'est les réflexions des personnes "ah mais tu manges pas de poisson du coup?" "et ça va tu as pas de carences?" "donc tu manges que des graines quoi" bref c'est vrai que c'est désagréable et t'as l'impression de passer un peu pour l'animal de cirque, différent de tout le monde. En tout cas je comprends tout à fait ta position, et la seule chose que je peux te dire c'est: dit toi que ce que tu le fais, tu le fais pour ton bien, et les personnes qui t'apprécient finiront bien par comprendre que ce régime là te fais beaucoup de bien :) Courage Manon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui dès qu'on ne mange pas comme tout le monde, ces réflexions arrivent...
      Merci pour ton commentaire Charlotte !

      Supprimer

Merci pour vos commentaires ! C'est toujours un plaisir de vous lire. Et si vous avez une question, j'y répondrai avec plaisir :-)